Catégories
Art de vivre Méditation Pistes thérapeutiques

Méditer

Accueil » Blog » Méditer
Photo Matthew Henry via Burst

Première partie

La porte de la chambre s’ouvre et une jeune femme que je ne connais pas, se présente à moi. Les cheveux peignés en queue de cheval, vêtue d’une blouse blanche trop grande, elle serre contre sa poitrine une pile de dossiers. Elle est stagiaire de la clinique, étudiante en faculté de psychologie. Elle me demande si j’aimerai participer à une enquête. Son thème : la prise en compte de ma douleur au cours de l’hospitalisation.

Ravi d’avoir quelque chose à faire intellectuellement et de pouvoir être utile, la discussion s’engage sur le pourquoi et le comment de cette étude. J’accepte de participer et elle promet de revenir me voir rapidement.

Quelques jours plus tard, la stagiaire à la queue de cheval et à la blouse toujours trop grande est de retour avec son questionnaire. Elle le dépose sur la table au bout de mon lit. Elle s’assoie sur la chaise attenante et me demande si je connais la méditation. Je lui réponds par la négative. Nous échangeons alors longuement sur la fragilité de la vie, la mort, la souffrance et le bonheur. Je suis heureux d’avoir enfin quelqu’un avec lequel partager ce que mon être perçoit et ressent après cette chirurgie cardiaque.

En conclusion de notre entretien, elle note sur un papier les références de trois livres. Je n’en ai véritablement compris le sens profond que bien des années plus tard.

Ces livres m’ont apporté une clé de compréhension énorme de la vie. Je ne cesse de l’approfondir afin de mieux la mettre en pratique chaque jour.

Le message principal que j’extrais de ces livres :

Je ne suis pas ce que ma tête me raconte que je suis !

Et donc

Je ne suis pas (que) la souffrance physique et/ou psychologique que j’endure !

Ce qui m’a semblé dingo à première vue étant issu d’une culture plutôt cartésienne. Mais j’étais obligé d’admettre que la rationalité avec laquelle je conduisais ma vie n’avait pas réussi à me prémunir de toute la souffrance physique et morale que j’endurais. Et je découvrais douloureusement après-coup que même si l’opération était au final un succès car mon cœur refonctionnait normalement, beaucoup de choses avant, pendant et après l’intervention ne s’étaient pas déroulées comme les médecins le pensaient.

Et voilà que la vie frappe à ma porte par l’intermédiaire de cette étudiante. Je ne l’ai jamais revu depuis. Et là, en quelques instants, elle me livre selon moi La clé extra-ordinaire d’ouverture sur une réalité qui m’échappait totalement :

L’être humain que je suis est constitué d’un corps physique visible et palpable mais aussi d’un corps énergétique subtil et invisible !

Et donc :

Se maintenir en santé physique et mentale passe par l’harmonisation et le dialogue entre ces deux corps.

L’outil privilégié pour y parvenir est la méditation.

Méditer est devenu l’activité qui me semble la plus importante et la plus utile dans ce chemin de soin de l’état de stress post-traumatique.

A suivre sur la deuxième partie …

_______________________________

Mise à jour

Dernière mise à jour de l’article le 17 janvier 2022