Catégories
Alimentation Pistes thérapeutiques

Qu’est-ce que je vais manger ? Suite

Photo Sheila Pedraza Burk via Burst
Accueil » Blog » Qu’est-ce que je vais manger ? Suite

Partie 2

Suite à la partie 1 de ce post qui évoque les raisons pour lesquelles je me préoccupe de mon alimentation, je présente ici une méthode pratique et rapide pour changer son regard sur l’alimentation.

Motivation

Changer son alimentation du jour au lendemain n’est pas chose aisée car cela renvoie à des goûts, des mémoires et des habitudes parfois anciennes. C’est pourquoi le fait d’avoir une bonne motivation est important.

La double motivation qui consiste en un mieux être santé et un plaisir gustatif est suffisante pour commencer ! Avec le temps, le nombre de motivations augmente, j’y reviendrai dans la Catégorie Art de vivre de ce site.

Conseil N°1

Cultiver chaque jour une bonne motivation en cuisinant un bon petit plat et en me faisant plaisir !

Quels produits réduire ou éliminer ?

La liste qui suit propose toute la gamme des changements alimentaires que j’ai mis en place progressivement :

  • Les produits possédant un code barre, c’est à dire issue de l’industrie agro-alimentaire (En général surchargés en sel, en exhausteurs de goûts, en additifs alimentaires souvent toxiques, en graisse de mauvaise qualité etc …)
  • La viande. En commençant par les viandes rouges (De vraies génératrices d’inflammation dans notre corps)
  • La charcuterie (De vrais producteurs d’inflammation aussi !)
  • Le sucre raffiné (Un vrai tueur pour les cellules nerveuses !)
  • Les produits à base de lait de vache
  • Le blé et le gluten (Un additif ou un composant des farines notamment de blé qui flingue la flore intestinale )
  • Les margarines, le beurre, les huiles végétales qui ont été chauffées
  • Tous les alcools sauf le vin et la bière
  • La caféine, ce qui n’empêche de prendre un petit café de temps en temps !

Vous pouvez légitimement vous demander : « Oui mais si je supprime tout cela, je mange plus rien ! ». Pas de panique, et pas de stress surtout, on y arrive juste après !

Quels produits favoriser ?

  • Tous les fruits et légumes de saison non traités ou issus de l’agriculture biologique, sans perturbateurs endocriniens et autres pesticides toxiques…
  • Les fruits secs, noix, noisettes, amandes …
  • Les petits fruits, baies (Myrtilles, framboises, fraises …)
  • Le poisson (plutôt les petits car moins pollués que les gros)
  • Les fruits de mer
  • Les œufs (issus de fermes non intensives, ou Bio)
  • Les protéines végétales ( que l’on réalise en cuisinant une légumineuse avec une céréale)
  • Le miel, les sirops d’agave, fleur de sureau, acacia, les dattes, les figues remplaceront à merveille le sucre raffiné ajouté mais le mieux c’est de l’enlever tout simplement !
  • Les laits de brebis, de chèvre ou des laits végétaux remplaceront le lait de vache très avantageusement !
  • Le sarrasin, le petit épeautre, la châtaigne, le riz, … remplaceront facilement le blé.
  • Les huiles végétales biologiques première pression à froid
  • Les graines, les épices, les aromates
  • Les thés et tisanes biologiques
  • Le vin et la bière biologique, mais le mieux au quotidien c’est l’eau !

Comment procéder maintenant ?

Conseil N°2

Je transforme graduellement mes habitudes alimentaires, pas à pas, petit à petit, jour après jour !

Il se peut que pour certaines personnes ce sujet soit un activateur de votre SPT. Il s’agit donc de se respecter mais d’avancer, lentement et sûrement. Dans mon cas, le fait d’avoir faim, même modérément, activait très fortement mon SPT, ce qui m’obligeait a toujours avoir avec moi de quoi manger et en particulier des coupe-faim ... très mauvaise idée ! Que j’ai vite remplacé par des fruits de saisons ou séchés bio. 
Conseil N°3

Je substitue un aliment de la liste du haut (à réduire ou à éliminer) par un autre de la liste du dessous (à favoriser) lorsque je fais mes menus.

Conseil N°4

J’achète tous ces produits le plus possible en circuit-court au marché de producteurs près de chez moi, en AMAP , et le reste dans les réseaux de magasins bio.

Au début de mon expérience de SPT, je n’arrivais pas à sortir facilement, je commandais donc essentiellement via internet auprès d’enseignes qui livraient à domicile.

Je me suis lancé dans un petit jardin potager sur le balcon et en bas de chez moi, ce qui me permet de commencer à produire quelques légumes, ce qui est très positif !

Pourquoi tous ces changements ?

Si vous voulez mieux comprendre les raisons d’aller vers ces changements alimentaires, je vous renvoie à la lecture du livre :

L’ alimentation ou la troisième médecine du Dr Jean Seignalet (Voir la rubrique Livres).

Note pour celles et ceux qui auraient déjà lu le livre :

Il n’est pas recommandé ici de faire ce que la presse nomme « Le régime Seignalet » qui correspond à des indications de santé bien précises, mais tout simplement de suivre les conseils proposés quant à l’élimination et au remplacement des produits les plus toxiques de notre alimentation.

Est-ce que ces produits coutent cher ?

Selon une enquête récente de Franceinfo, le panier moyen tout bio couterait 12% de plus que son équivalent non bio. Ces 12% prennent en compte l’impact des modifications d’habitudes alimentaires que ce changement va induire comme le fait de réduire fortement le budget viande en général élevé.

Cette enquête met aussi en lumière le fait d’appartenir à un collectif de citoyens qui facilite les échanges, le jardinage collectif, et favorise l’accès aux plus démunis à une nourriture saine et de qualité. Une bonne nouvelle !

A suivre, le post : comment cuisiner plus sainement tous ces bons ingrédients …