Catégories
Alimentation Pistes thérapeutiques

Qu’est-ce que je vais manger ?

Photo Ryan Bruce via Burst
Accueil » Blog » Qu’est-ce que je vais manger ?

Partie 1

La question peut paraitre bizarre à propos de stress post-traumatique (SPT) ! En effet, quel rapport peut-il bien y avoir entre mon alimentation et le soin de mon système nerveux traumatisé ? C’est là une question à laquelle la médecine occidentale ne prête guère attention dans un contexte où le soin est pensé surtout en fonction d’une discipline et par organe. Le soin du SPT relève donc habituellement de la psychiatrie. Nous verrons dans la suite que le lien existe bien entre le contenu de notre assiette et notre santé mentale.

Le cerveau était jusqu’à une date récente le seul organe « pensant » de notre organisme, doté de neurones dont le nombre était limité et qui ne pouvait que décroître avec l’âge. Toutes ces croyances, pourtant dites scientifiques à une époque, sont devenues obsolètes, ce qui ouvre un champ impressionnant de possible pour se soigner autrement mais nous y reviendrons.

La bonne nouvelle c’est que la science a montré que nous disposions de cellules nerveuses dans différents endroits du corps parlant ainsi, par exemple, de second cerveau pour l’intestin. Ce 2nd cerveau, bien qu’autonome, est en lien étroit avec le « 1er cerveau ». Ils échangent quantités d’informations en particulier celles liées au stress. (Voir Sources 1. 2. 3. ci-dessous)

Plus récemment encore, des travaux scientifiques ont indiqué (Sources 1. 4.) que notre résistance au stress, entre autres pathologies nerveuses, est intimement liée à l’état de notre microbiote intestinal ou flore intestinale qui jusque-là était considéré comme méconnu ou insignifiant.

Si un lien aussi important existe bien entre l'intestin, le cerveau, le stress et la santé en général, c'est donc que notre nourriture a très probablement un rôle important à y jouer !

D’ailleurs, les médecines traditionnelles orientales (ayurvédiques, chinoises ou tibétaines) accordent une très grande place à ce que le patient mange. Ces médecines considèrent que l’alimentation est en quelque sorte le premier médicament et en fait un outil important de prévention des maladies !

D’autres médecins, français, moins « orthodoxes », et pionniers, comme feu le docteur Jean Seignalet qui a publié en 1996 son livre régulièrement augmenté depuis, l’alimentation ou la troisième médecine, met en lumière ce lien fort entre notre alimentation et notre santé allant jusqu’à proposer des nutrithérapies qui se sont avérées très efficaces pour guérir certaines maladies.

Le professeur Michel Massol, que j’ai eu la chance de rencontrer et de consulter a, lui, travaillé sur le lien entre la santé et la nutrition de nos cellules, découvrant que pour bien fonctionner nos cellules ont besoin d’apports réguliers de certains nutriments. Il a montré le lien entre maladie et le manque de nutriments liés à une alimentation moderne déficiente par nos modes de vie et les processus d’agriculture intensive (Source 5.).

A la lueur de toutes ces connaissances, il me semble très important de faire attention à ce que je mange !

Et je découvre surtout que prendre le temps de cuisiner et de concocter des petits plats simples avec des produits de qualité c’est très agréable, c’est pas forcément cher, c’est bon et ça fait du bien !

La partie 2 de ce post décrit le côté pratique pour retrouver cette qualité alimentaire et nutritionnelle.

_____________________________________________

Sources

  1. https://www.femina.fr/article/l-intestin-notre-deuxieme-cerveau
  2. https://lejournal.cnrs.fr/nos-blogs/aux-frontieres-du-cerveau/limage-de-la-semaine-le-ventre-notre-deuxieme-cerveau
  3. https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/corps-humain-lien-cellules-notre-cerveau-nos-intestins-72931/
  4. https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/microbiote-intestinal-flore-intestinale
  5. https://www.sudouest.fr/2010/06/01/foire-bio-se-soigner-c-est-d-abord-prendre-soin-de-soi-106227-2966.php